"Au bout du petit matin..."

Publié le par Jah'Zz

"Au bout du petit matin...
Va-t-en, lui disais-je, gueule de flic, gueule de vache, va-t-en je déteste les larbins de l'ordre et les hannetons de l'espérance. Va-t-en mauvais gris-gris, punaise de moinillon. Puis je me tournais vers des paradis pour lui et les siens perdus, plus calme que la face d'une femme qui ment, et là, bercé par les effluves d'une pensée jamais lasse je nourrissais le vent, je délaçais les monstres et j'entendais monter de l'autre côté du désastre, un fleuve de tourterelles et de trèfles de la savane que je porte toujours dans mes profondeurs à hauteur inverse du vingtième étage des maisons les plus insolentes et par précaution contre la putréfiante des ambiances crépusculaires, arpentée nuit et jour d'un sacré soleil vénérien. (...)"


Il y a plus de 20 ans, je (et mes camarades de lycée d'alors) me mange ces premières lignes du "Cahier d'un retour au pays natal" (réédition, en 1956 et plus, chez Présence Africaine) comme une gifle des plus douces et comme une caresse des plus colèreuses!
Et de ces lignes en page 7, non, dès la page 6 et la reproduction d'un frontispice en noir et blanc de Wilfredo Lam, jusqu'à la page 75 et la fin du texte, encore que non, jusqu'à la page 87 et la préface de la première édition de 1947 chez Bordas par André Breton, la gifle et la caresse s'accouplent... Un coït poétique mais politique, politique mais poétique, un coït. Un coït d'autant plus brutalement conscienceux que l'année où je le reçois, où je le perçois, est dans l'âge dit de l'adolescence... Des pièces sont semées! Sémences bien entretenues et préparées, il ne faut tout de même l'oublier par l'environnement (familial et plus large)...
Non, pas une déification, ni un modèle... Une balise, oui, c'est cela pour moi. Une balise! Ou un phare!
Il y a toujours par ici et par là une tempête (même qu'elle semble grandir, même qu'elle s'accroit), mais un phare s'est éteint...
Aimé Césaire n'est plus!!!
Les vieillards qui s'éteignent et les bibliothèques qui disparaissent, mort et incendie, vous connaissez, j'espère (?) la phrase... Elle est vraie, oui. Effet papillon, peut-être(?).





Aimé Césaire - Cahier d'un retour au pays natal






Si j'ai bien compris un grand penseur d'aujourd'hui et puissant homme, l'homme Africain, et l'Homme Noir (et j'ose mon extension, le Nègre, le damné de la Terre, et même la racaille), n'est pas assez entré dans l'Histoire... Soit! Celui-ci en tout cas d'homme noir est entré dans notre histoire n'en déplaise aux uns et aux autres. Et dans la votre? A vous de voir... Dans la Notre!
Un jour, les lions écrirons les récits de chasse... One Day, Babylon your throne... Vous terminez?
Une gifle... Une caresse...
Tiens pour terminer ce douloureux, et n'y voyez aucun pathos, billet, autre gifle et autre caresse :

"Cela dit, il parait que, dans certains milieux, l'on a feint de découvrir en moi un "ennemi de l'Europe" et un prophète du retour au passé anté - européen.
Pour ma part, je cherche vainement où j'ai pu tenir de pareils dicours; où l'on m'a vu sous-estimer l'importance de l'Europe dans l'histoire de la pensée humaine ; où l'on m'a entendu prêcher un quelconque retour ; où l'on m'a vu prétendre qu'il pouvait y avoir un retour.
La vérité est que j'ai dit tout autre chose : savoir que le grand drame historique de l'Afrique a moins été sa mise en contact trop tardive avec le reste du monde, que la manière dont ce contact a été opéré ; que c'est au moment où l'Europe est tombée entre les mains des financiers et des capitaines d'industrie les plus dénués de scrupules que l'Europe s'est "propagée"; que notre malchance a voulu que ce soit cette Europe-là que nous ayons rencontré sur notre route et que l'Europe est comptable devant la communauté humaine du plus haut tas de cadavres de l'histoire.
Par ailleurs, jugeant l'action colonisatrice, j'ai ajouté que l'Europe a fait fort bon ménage avec tous les féodaux indigènes qui acceptaient de servir; ourdi avec eux une vicieuse complicité ; rendu leur tyrannie plus effective et plus efficace, et que son action n'a tendu à rien de moins qu'à artificiellement prolonger la survie des passés locaux dans ce qu'ils avaient de plus pernicieux.(...)"

in "Discours sur le colonialisme" (Présence Africaine, 1950).
Alors, sincèrement, au bout de tous ces petits matins, est-ce que la tempête s'est apaisée?
Peace!!!

Publié dans Tributs

Commenter cet article

Jah'Zz 22/04/2008 08:54

@ Shabazz : Oui... Oui... Oui...@ Mix'in Jazz : programmation "courte" mais sympa, Tumi & the Volume, ouaip!!! Bonne chance à votre festoche!Paz!!!

Mix'in Jazz 21/04/2008 18:04

Nous sommes un groupe de jeunes qui organisons le festival mix’in jazz  à Montauban (82). Le thème : l’influence du jazz dans les musiques actuelles. Divesrses animations sont prévues tout au long de la journée : fanfare, marché artistique, dj contest, concert :Tumi and the volume, New York Ska Jazz Ensemble & Beat Assailant.
Pour plus d’infos, notre site : http://www.mixinjazz.com

Shabazz 18/04/2008 13:20

Snif, Snif, comme tu dis!Tiens, même pas un jour après, nos amis politiciens essayent de récupérer l'histoire... Sarko, Ségo et consors... Ceux la même qu'il décrivait comme "aspireur d'ame" dans "Soleil Cou-Coupé". Bref une énorme perte!Sinon, j'ai bien annoncé ton show du 24 a l'antenne! Et le mix de jeudi? Bien? Opé? Matt Pokora??? :)Paz!